Circulation de l’information sur les médias sociaux numériques : situations d'enseignement-apprentissage - NormanDoc'

Circulation de l’information sur les médias sociaux numériques : situations d’enseignement-apprentissage

, par Aline Claudeau, Anne-Sophie Closet, Cyrille Delhaye, Eric Garnier, Frédéric Rabat, Pauline Salles, Sandra Nagel, Sylvia Couvez, Sylvie Ropers - Format PDF Enregistrer au format PDF

Situation 1

Pourquoi choisir un média plutôt qu’un autre ?

L’utilisation d’un média social numérique particulier relève-t-elle d’un choix ? Quelle est la nature du choix qui préside à l’adoption d’un média social spécifique ? Le pouvoir du choix est-il uniquement du côté des utilisateurs ? En effet, dans un contexte très concurrentiel, comment les plateformes parviennent-elles à s’imposer à tous dans le paysage médiatique ? Quelles sont les pratiques non formelles de nos élèves sur ces médias ? Quel rapport à l’information, notamment affectif, entretiennent-ils ? Quelles attentes ont-ils ?

Niveau lycée

Problèmes : il est possible d’imbriquer plusieurs ensembles de problèmes.

En se focalisant sur les contenus et les échanges, les usagers, et particulièrement les jeunes usagers, font face à la difficulté de concevoir les limites et les contraintes des dispositifs (plateformes) qu’ils utilisent pourtant quotidiennement. Ils ne maîtrisent pas toujours les répercussions info-communicationnelles engendrées par des logiques obscures.
Par exemple, on peut constater qu’en fonction du ou des médias sociaux choisis, certains codes appartenant à différents régimes d’expression et certaines pratiques éditoriales ne sont pas nécessairement maîtrisés par les usagers.
Or, les médias sociaux comme d’autres médias plus traditionnels, s’inscrivent dans une histoire. Dans le cas des médias sociaux numériques, les codes rédactionnels empruntent à l’histoire des formats courts (brève), en leur associant des pratiques d’écriture favorisées ou facilitées par les outils d’écriture numériques propres aux écrits d’écran : images, folksonomie (tags, hashtags), hypertextualité, etc.
Des ensembles de pratiques formelles se déploient donc dans un paysage médiatique donné et obtiennent, au fil du temps, une validation sociale qui peut devenir plus ou moins normative et imprégner les imaginaires. Inscrites dans la durée ces pratiques sont incorporées et peuvent ainsi échapper à un questionnement critique.

Objectif

Montrer comment les formats des MSN conditionnent la perception et la diffusion de l’information.

Concepts info-documentaires

Média Social Numérique, Éditorialisation, Culture de la Participation et de la Contribution, Indexation, Énonciation Éditoriale

Tâches - ressources - modalités pédagogiques

Comparer le traitement d’une actualité à travers plusieurs médias sociaux numériques afin de montrer comment le format et la ligne éditoriale conditionnent le débat.

“Les réseaux sociaux expliqués avec un croissant” (d’après un site de marketing destiné à des animateurs de communautés) : comment médiatiser en fonction du média choisi et pourquoi tel choix en fonction de telle réception attendue. Quelles sont les attentes ? Comment adapter ses publications au design de certaines plateformes et en quoi les formats nous contraignent à des modes d’énonciation particuliers ? (Cf. Romain Badouard - Journée académique des professeur.e.s documentalistes de l’académie de Normandie, 15 mars 2022).

Principe général : proposer quelques exemples de publications pour un même événement ou un prétexte trivial.
Dans l’exemple suivant, l’événement à partager est la dégustation d’un croissant le matin. L’intention du message pourrait être formulée ainsi, de manière plus précise : “savourer un croissant le matin et partager ce moment avec une communauté de lecteurs”.
RSN expliqués avec un croissant
https://www.webmarketing-com.com/2017/05/30/59670-quest-quune-bonne-strategie-social-media-btob

1) Première tâche : dissocier les logos des phrases et demander aux élèves de les ré-associer en fonction de ce qu’ils perçoivent des caractéristiques de chaque plateforme.

2) Seconde tâche : on peut organiser un débat et utiliser un système de vote afin de mesurer les avis.
Dans ce cas, on peut détailler avec les élèves ce qui relève du design et des détournements (braconnages) incorporés et poser la question suivante : est-on libre de publier comme on l’entend ?
On peut alors partir des comptes des élèves et de leur fil d’actualité ou d’un compte fantôme (donc artificiel). On peut aussi proposer une étude de cas à partir d’un corpus. Dans ce cas, comment constituer ce corpus ?

Une première piste pour le constituer : voir la situation 2 sur le carnet de bord

Une seconde piste de mise en œuvre pédagogique : le jeu de rôle ou la simulation en mode papier.
À partir d’un thème de débat commun, des acteurs communiquent et débattent à travers les médias sociaux numériques matérialisés par des fac-similés en papier (ex : cadre de saisie de texte de Twitter). Deux groupes débattent sur le même thème. Au fil de la discussion, le fil du média est abondé (au tableau ou au sol). La disposition est réalisée en mode silencieux. La chronologie du fil évolue au point de devoir rendre visibles les réseaux et les sous-réseaux, comme des ensembles de controverses. On pourra comparer le même débat mené en parallèle sur un autre média social.

Références aux programmes et aux dispositifs Lycée

Seconde
GT - SNT : Réseaux sociaux. Connaître les principaux concepts liés à l’usage des réseaux sociaux https://eduscol.education.fr/document/23494/download
Pro - Français :S’informer, informer : les circuits de l’information https://eduscol.education.fr/document/25723/download

Première
EMC : La société, les sociétés. Axe 1 : Fondements et fragilités du lien social
Objets d’enseignement possibles : les réseaux sociaux et la fabrique de l’information https://eduscol.education.fr/document/23704/download
Spécialité HGGSP : Thème IV : S’informer. Un regard critique sur les sources et modes de communication https://eduscol.education.fr/document/23647/download

Terminale
Pro - EMC : S’engager et débattre en démocratie autour des défis de société https://www.education.gouv.fr/sites/default/files/imported_files/document/spe000_annexe2_1239914.pdf GT - EMC : Repenser et faire vivre la démocratie https://eduscol.education.fr/document/23707/download
Spécialité HGGSP : Thème VI : L’enjeu de la connaissance : objet conclusif sur le cyberespace
https://eduscol.education.fr/document/23650/download

Situation 2

Usage des MSN : conscientiser des pratiques grâce au carnet de bord vidéo

Le fonctionnement des MSN repose sur la production de contenus par des groupes d’usagers interconnectés qui alimentent leur profil ou celui de leurs amis. Or, comme le montrent Alexandre Coutant et Thomas Stengler (2011), tout média est par nature social. Les deux chercheurs montrent ainsi que les qualificatifs « social » et « participatif » masquent les objectifs économiques des plateformes. Les MSN sont donc des dispositifs socio-techniques à forte résonance symbolique qui participent à la construction de l’identité. Dans le cadre des pratiques juvéniles, les usages des MSN « relèvent d’un véritable apprentissage social (apprentissage de soi, des autres, et des interactions avec autrui) » (Cordier, 2020).

Par ailleurs, pour Hervé Le Crosnier (2018), les industries de l’influence ont un impact sur la circulation de l’information en orientant les comportements des usagers pour les attirer vers des produits, des services ou des idéologies, la captation de l’attention et le design affectif des plateformes devenant les pierres angulaires de cette économie numérique (Alloing et Pierre, 2020).

Loin d’être uniformes, les pratiques informationnelles relèvent donc d’une conduite située qui convoque à la fois un rapport individuel et social avec des objets. Croyances et imaginaires partagés (Cordier, 2021), émotions, appréhension cognitive et dimension pragmatique de l’information sont ainsi mobilisés au sein d’un écosystème (Liquète, 2011) dans lequel le contexte social et le contexte matériel et technique sont déployés (Lehmans, Liquète 2020). Selon Anne Cordier, s’appuyer sur les pratiques non formelles d’information et les conscientiser permet ainsi de créer du lien et de faire sens par un « processus de reliance » (Cordier, 2020). Et pour Vincent Liquète, la conscientisation des pratiques, au centre d’une approche pédagogique fondée sur la participation et les interactions mises en œuvre entre les acteurs, vise la durabilité des apprentissages et contribue, en conséquence, au développement de l’autonomisation informationnelle des élèves (Liquète, 2011).

Alors, comment peut-on amener les élèves à conscientiser leurs pratiques et leur rapport aux MSN en évitant d’employer un discours surplombant ?

Niveau lycée

Constats/ problèmes

• Les élèves n’ont pas souvent conscience que les MSN, en tant que dispositifs socio-techniques, véhiculent une idéologie de la reproduction de soi et de sa communauté (Mondoux, 2012).
• Les élèves ne perçoivent pas nécessairement que la monétisation des données personnelles s’accompagne de la mise en place d’une entreprise généralisée de captation de l’attention (Citton, 2014).
• Les élèves n’ont pas toujours conscience que l’information est un construit social, un bien commun dont il faut prendre soin. Leur rapport à l’information est souvent passif et la difficulté à se penser comme producteur d’information potentiel est renforcée par la survalorisation technique (Cordier, 2018).

Objectifs

• Mettre au jour les représentations et les imaginaires des élèves liés aux aspects techniques et économiques des MSN.
• Comprendre qu’une part de la construction de sa présence numérique se développe à travers une grande variété de types de participation.
• Montrer les frontières entre espace privé et espace public sur les MSN.
• Observer les différentes formes d’engagement sur les MSN : chercher, partager, commenter, publier.

Concepts info-documentaires

Média Social Numérique, Écologie de l’Information, Économie de l’Attention, Régime d’Expression

Tâches - ressources - modalités pédagogiques

Dans cette perspective, il est nécessaire de constituer un corpus de situations réellement vécues par les élèves afin que les échanges puissent prendre appui sur des exemples concrets, des pratiques observées et non sur des usages supposés. Afin de constituer ce corpus de situations, une des pistes possibles est de demander aux élèves de travailler en binômes et de tenir un carnet de bord vidéo sur une durée limitée.

1) En demi-groupe, une grille d’entretien semi-directif est formalisée avec les élèves. Cette grille servira de guide aux élèves qui, regroupés en binômes, s’interrogeront et filmeront mutuellement leurs pratiques sur les MSN. Les questions sont élaborées en co-construction avec les élèves dans une salle qui leur est réservée (éviter les espaces ouverts du type CDI avec accueil libre). L’idée est d’instaurer un cadre de confiance dans lequel ils se sentent libres de formuler eux- mêmes des questions qui interrogent leurs propres pratiques.

2) En dehors du cadre de la séance (type devoir maison), les binômes constitués se filment mutuellement au quotidien pendant quinze jours pour alimenter un carnet de bord vidéo.

3) Les vidéos sont collectées par le professeur documentaliste qui les « dérushe » pour constituer le corpus audiovisuel qui sera projeté lors de la séance de mise en commun. Dans cette optique, il sélectionne des extraits vidéos qui s’en tiennent à la grille d’entretien semi-directif co-construite lors de la première séance. La sélection met en lumière des pratiques qui permettent d’incarner les concepts info-documentaires de la séquence mais aussi de souligner les « braconnages » et les détournements que les élèves font des usages des MSN.

4) Les vidéos choisies servent de point d’appui pour lancer le dialogue qui s’engage entre les élèves et entre les professeurs et les élèves. L’idée est de favoriser la métacognition et d’analyser ensemble les situations proposées pour aborder ensuite les savoirs à construire.

Références aux programmes et aux dispositifs Lycée

Seconde
GT - SNT : Réseaux sociaux. Connaître les principaux concepts liés à l’usage des réseaux sociaux https://eduscol.education.fr/document/23494/download
Pro - Français : S’informer, informer : les circuits de l’information
https://eduscol.education.fr/document/25723/download

Première
EMC : La société, les sociétés. Axe 1 : Fondements et fragilités du lien social
Objets d’enseignement possibles : les réseaux sociaux et la fabrique de l’information https://eduscol.education.fr/document/23704/download
Spécialité HGGSP : Thème IV : S’informer. Un regard critique sur les sources et modes de communication https://eduscol.education.fr/document/23647/download

Terminale
Pro - EMC : S’engager et débattre en démocratie autour des défis de société https://www.education.gouv.fr/sites/default/files/imported_files/document/spe000_annexe2_1239914.pdf GT - EMC : Repenser et faire vivre la démocratie https://eduscol.education.fr/document/23707/download
Spécialité HGGSP : Thème VI : L’enjeu de la connaissance : objet conclusif sur le cyberespace https://eduscol.education.fr/document/23650/download

Situation 3

Analyser les publications d’un MSN : « On fait quoi sur Insta ? »

Comment accompagner les élèves dans le repérage de la diversité des contenus publiés sur leur réseau social numérique favori ? Comment les amener à identifier, au-delà de l’uniformisation générée par les codes de la plateforme, la spécificité des auteurs, des discours, des objectifs affichés et réels ?

Prenons l’exemple d’Instagram, très populaire chez les adolescents. Ce média social numérique, propriété du groupe Meta (Facebook), permet le partage, la recommandation et le commentaire de photographies et de vidéos.
Il existe une « esthétique » Instagram : les usagers ont tendance à publier de « belles » images, à montrer de « belles » choses. L’uniformisation des contenus, impliquée par le design de la plateforme, est renforcée par la mise à disposition de filtres à appliquer aux photographies.
Comme d’autres médias sociaux numériques, Instagram permet d’accéder à des contenus typiques des pratiques ludiques adolescentes (mises en scènes intimes, humoristiques) mais aussi à des contenus plus engagés socialement (critiques de comportements, photos et vidéos qui témoignent de réalités sociales...). On y trouve aussi des recommandations promotionnelles plus ou moins facilement identifiables (des contenus publiés par les influenceurs aux publicités assumées comme telles), de l’information-actualité (de nombreux médias d’actualité y sont présents et produisent des contenus adaptés aux codes de la plateforme) et des opérations de communication, notamment politiques.

Les auteurs sont donc multiples, les types de contenus variés, les objectifs complexes et les procédés nombreux. Pourtant, les publications sont toutes très ressemblantes sur le plan de la forme.

Voir la capsule vidéo “Approche formelle” dans cette même rubrique et qui présente cette piste pédagogique : https://documentation.ac-normandie.fr/spip.php?article222

Niveau collège - 3ème

Problèmes

• Effets de brouillage : l’accès aux contenus informationnels par le biais des MSN renforce la difficulté à distinguer les usages ludiques des usages informationnels.
• Des pratiques informationnelles non identifiées et dévalorisées par les élèves.
• Il existe sur les MSN une grande variété de « régimes d’expression » (codes, contextes, formes de rationalité) (Badouard, Mabi, Monnoyer-Smith, 2016), qui souvent se côtoient. Ces spécificités sont peu maîtrisées, en particulier par les élèves.
• Une certaine conception du social : « l’encouragement à la publicité de soi (publier nos émotions, nos passions, etc.) ».
• Une des conséquences de l’invisibilisation du média est la perturbation du repérage de la source de l’information, une activité qui est d’ailleurs rarement jugée essentielle par les élèves.

Objectifs

• Amener les élèves à percevoir les potentialités info-communicationnelles de ce média social numérique (accès à l’actualité dans un format adapté à des règles précises), à penser la porosité entre information et divertissement, mais aussi entre divertissement et influence.
• Amener les élèves à identifier les régimes d’expression et les genres interlocutifs à l’œuvre dans les différents types de contenu et à remarquer leur diversité, malgré une apparente cohérence sur le plan formel.
• Amener les élèves à repérer la manière dont les codes du média social numérique formatent les publications.

Concepts info-documentaires

Médial Social Numérique, Économie de l’Attention, Régime d’Expression, Source d’Information

Tâches - ressources - modalités pédagogiques

Analyser différents contenus publiés sur ce média social numérique afin de révéler leurs spécificités au-delà de leur ressemblance formelle. On peut utiliser des captures d’écran (contenus sous la forme de textes, d’images fixes, de vidéos ; interface de la plateforme).

1) Introduction : réflexion collective à l’oral sur ce que sont TikTok, Snapchat,Twitter, Instagram
– des réseaux sociaux numériques : ces réseaux sont dits sociaux car ils relient des individus ;
– des médias sociaux numériques : des médias car il y a publication et circulation de contenus (contenus publiés par les usagers du média et non pas par la plateforme créatrice du média).

2) Les contenus des RSN : Qui publie ? Pourquoi ?
– Faire élaborer par les élèves une typologie des usagers et de leurs motivations.
– Distinguer les motivations quand on consulte et les motivations, ou intentions, quand on publie.

3) Analyse de contenus publiés sur Instagram
À partir de captures d’écran d’images fixes et/ou de vidéos, faire trouver :
– l’auteur / la source (proposer une typologie ou la créer avec les élèves : personnalités culturelles, people/téléréalité, influenceurs, vidéastes issus de Youtube, médias d’information, sociétés commerciales, anonymes...) ;
– les intentions et le ou les objectifs de l’auteur et de la source : objectif.s affiché.s, objectif.s réel.s si différents (divertissement, affirmation de soi, auto-promotion, monétisation, expression d’un point de vue) ;
– les procédés visuels utilisés pour rendre le contenu attractif (spécifiques à ce RS ? Effet de mode ? ) ;
– le ton adopté dans le contenu : humour, confidence, dénonciation...

On peut approfondir en faisant repérer le régime d’expression ( partage / opinion / critique).

Capture d'écran Instagram

On peut aussi, si l’on utilise des captures d’images fixes, les imprimer et les utiliser comme des cartes. L’objectif est alors de demander aux élèves de les classer par famille. Il s’agit d’abord de passer en revue les cartes collectivement puis d’engager un travail d’analyse en groupes.

4) Questionnement collectif
– Ce travail d’analyse est-il difficile ? Pourquoi ?
– D’après vous, quels sont les types d’auteur, d’objectif.s de publication, de ton les plus fréquents sur votre fil de RS ?
– D’après vous, pourquoi est-il important de se poser ces questions face à un contenu (Qui ? Comment ? Pourquoi ?) ?

Prolongement possible :

– Demander à des élèves volontaires de faire quelques captures issues de leur fil de RS et de les analyser.
– Mettre en commun les analyses lors de la séance suivante.

Remarques :

– Le même travail d’analyse peut être mené à partir de contenus provenant d’autres plateformes. En effet, il ne s’agit pas d’étudier Instagram mais d’analyser des publications issues de MSN.
– En collège, la séquence peut être élaborée et menée en coopération avec un.e enseignant.e de Lettres intéressé.e par le travail d’analyse des discours et par la réflexion mise en place, selon le type de captures choisies, sur la société de consommation et sur les manières de se raconter (programme de Français 3e).

Références aux programmes et aux dispositifs Collège

Socle commun de connaissances, de compétences et de culture
Domaine 1 : des langages pour penser et communiquer
Domaine 2 : les méthodes et outils pour apprendre. Médias, démarches de recherche et de traitement de l’information. Outils numériques pour échanger et communiquer.
L’élève utilise les espaces collaboratifs et apprend à communiquer notamment par le biais des réseaux sociaux dans le respect de soi et des autres. Il comprend la différence entre sphères publique et privée. Il sait ce qu’est une identité numérique et est attentif aux traces qu’il laisse.
https://www.education.gouv.fr/bo/15/Hebdo17/MENE1506516D.htm?cid_bo=87834#socle_commun

EMC
6e : Exercer son jugement, construire l’esprit critique
Réfléchir à la confiance à accorder à une source, un émetteur d’informations (Observer, lire, identifier des éléments d’informations sur des supports variés et s’interroger sur la confiance à accorder à des sources différentes) ; Distinguer ce qui relève de l’exposé des faits de ce qui relève de l’expression d’un point de vue ; Prendre la parole devant les autres, écouter autrui, formuler et apprendre à justifier un point de vue
Cycle 4 : Comprendre les grands principes des sociétés démocratiques : mener une réflexion sur la place et la diversité des médias dans la vie sociale et politique
L’engagement ou les engagements : le rôle des médias, des réseaux dans l’information et la vie démocratique
https://cache.media.education.gouv.fr/file/30/73/4/ensel170_annexe_985734.pdf

EMI
Cycle 4 : Utiliser les médias et les informations de manière autonome. Utiliser les médias de manière responsable. Produire, communiquer, partager des informations
https://cache.media.eduscol.education.fr/file/A-Scolarite_obligatoire/37/7

Français
Cycle 4 : Lire des textes non littéraires, des images et des documents composites (y compris numériques)
Connaître les caractéristiques génériques des différents documents étudiés Savoir décrire et analyser l’image fixe et mobile
Exploiter les principales fonctions de l’écrit : pratique d’écriture sur de nouveaux supports pour en connaître les fonctions et exploiter leurs potentialités
Utiliser l’écrit pour penser et pour apprendre
4e : Agir sur le monde : Informer, s’informer, déformer ? (textes et documents issus de la Presse et des médias)
https://eduscol.education.fr/document/621/download

Situation 4

Agir avec les médias sociaux numériques : comment amener les élèves à s’emparer des MSN pour s’engager dans une cause à défendre ?

Les élèves n’ont pas nécessairement conscience que l’information est un construit social, un bien commun dont il faut prendre soin (Swartz, 2008). D’un autre côté, ils perçoivent difficilement la sur-valorisation de la technique opérée par les médias sociaux numériques. Dans ce contexte, comment les élèves sont-ils en mesure d’infléchir les usages prescrits par les MSN ? Comment inventer de nouvelles formes de dialogue et de discours en considérant la réintroduction du politique comme un objectif de citoyenneté ? Dès lors, il semble nécessaire d’interroger les manières de valoriser - dans le cadre scolaire - les formes d’engagement que manifestent les élèves pour une culture de la participation et de la contribution (Jenkins, 2017) de manière éthique (Cordier, 2018).

Niveau collège – 3ème / Niveau lycée

Problèmes

Le rapport des élèves à l’information est parfois décrit comme étant trop passif et la difficulté à se penser comme producteur d’information potentiel est renforcée par la survalorisation de la technique.

Objectifs

• Comprendre les enjeux d’une présence en ligne maîtrisée (création de comptes distincts, choix de la ou des plateformes).
• Partager des contenus en ligne que l’on juge intéressants.
• Révéler aux élèves les aspects économiques liés à l’industrie du clic et les conditions de travail des personnes
(intelligence artificielle et algorithmes).
• Au-delà du like, amener les élèves à s’engager dans la production de contenus informationnels construits.
• Comprendre que publier pour un compte commun peut apporter des gratifications collectives tout aussi intéressantes que des gratifications personnelles.
• Créer un bien commun original partagé sous licence libre (composition musicale, podcast, clip vidéo, affiche...).

Concepts info-documentaires

• Séquence pédagogique : Média Social Numérique - Économie de l’attention - Communauté - Économie du web - Éditorialisation - Identité Numérique
• Atelier sur l’année (pour le cas présenté) : Média Social Numérique - Biens Communs de la Connaissance - Culture de la Participation de la Contribution - Responsabilité éditoriale - Droit de l’Information - Éditorialisation - Présence Numérique

Tâches - ressources - modalités pédagogiques

Séquence pédagogique

Séance 1  : Cours dialogué qui permet d’interroger les représentations des élèves sur le partage, le like, le choix de la plateforme, l’anonymat/pseudonymat.
Pour confronter leurs représentations à une certaine réalité, les élèves travaillent sur un corpus qui vise à montrer que des robots peuvent être à l’origine des likes, qu’il existe des travailleurs du clic (et même des usines à clic), qui montre la concentration des médias (Instagram, Facebook, Whatsapp, par exemple).

Pour constituer le corpus, il est possible de s’appuyer sur :
– les séquences du reportage diffusé sur France TV : https://www.france.tv/slash/invisibles/
– quelques citations issues de : Roberts Sarah T, Renaut Sophie, Casilli Antonio (2019). Derrière les écrans : les nettoyeurs du web à l’ombre des réseaux sociaux. La Découverte, 263 p.
– quelques photographies issues de : Turner, Fred, et Mary Beth Meehan (2018) Visages de la Silicon Valley. C&F éditions

Séance 2  : Choix d’un sujet à partir des thématiques issues du corpus et/ou du cours dialogué et recherches par groupe. Une grille co-construite en amont (dates/chiffres clés, ce que j’ai appris sur les travailleurs du clic...) permet de définir les informations à collecter et qui seront présentées à la classe.

Séance 3  : Les élèves présentent à l’oral le résultat de leurs recherches (5 minutes).

Prolongement possible : après chaque exposé, proposer aux élèves de voter anonymement (« J’aime » ou « J’aime pas » ou « Sans avis »). Puis leur demander de liker publiquement en levant la main. Comparer ensuite les résultats en dialoguant avec eux. Au cours de cet échange, demander aux élèves d’argumenter pour justifier leur choix (prise de conscience du geste et de ses motivations). Par exemple : « J’ai liké car c’est un ami, parce que j’ai aimé, parce que je veux m’en souvenir plus tard, parce que j’ai appris des choses, etc. ».

Autre forme pédagogique possible : atelier sur l’année (niveau lycée)

Agir avec les MSN pour une cause commune passe nécessairement par la création d’un compte collectif. Sur un temps plus long qu’une séquence, l’alimentation du compte peut être prise en charge par les élèves engagés dans un atelier, un club, etc. Le lien avec le projet initial peut être réactivé lors d’interventions ponctuelles des participants auprès de la classe, du CESC, du CVL/CVC etc., le compte servant d’outil de communication des actions menées. Placés dans cette situation problème, les élèves devront construire l’identité du compte à partir d’une rencontre, d’un évènement déclencheur : une action solidaire, un échange avec une personnalité, une association, un artiste, une sortie scolaire, une exposition, une action de science participative, etc.
Dans cette perspective, les élèves doivent réaliser plusieurs tâches successives dont la durée peut varier en fonction des contraintes de l’atelier :

1) Conception de l’identité visuelle du ou des comptes, du profil.

2) Veille/partage sur les contenus informationnels en lien avec la cause choisie (identification des acteurs, des sources ; montrer que la veille et le partage peuvent être liés, etc.). 

3) Création et partage de contenus originaux en lien avec la cause choisie : reportages, articles, affiches, courtes vidéos, interviews, alimentation d’encyclopédies collaboratives, etc.
– Poursuite de la veille/partage
– Choix de la licence Creative Commons que les élèves souhaitent pour publier leur production

4) Bilan avec les élèves : quelle est la visibilité du compte ? Et les publications ? Quelle suite donner au projet ? Au cours de ces échanges, interroger les élèves sur le degré de satisfaction ressenti quand une publication est likée : est-il le même pour une publication collective que pour une publication personnelle ?

Références aux programmes et aux dispositifs

Collège

3e Français
Agir sur le monde. Agir dans la cité : individu et pouvoir
Cycle 4
EMC
Comprendre les grands principes des sociétés démocratiques. Connaître les modalités de l’expression du citoyen.
EMI
Utiliser les médias de manière responsable : se questionner sur les enjeux démocratiques liés à la production participative d’informations et à l’information journalistique, Produire, communiquer, partager des informations
https://eduscol.education.fr/document/621/download
Langue vivante
Lexique et pistes de réflexion en lien avec les thèmes culturels. Langages : Média, modes de communication, réseaux sociaux

Lycée

Première
EMC : Axe 2 : Les recompositions du lien social : Les nouvelles modalités de mobilisation et d’implications politiques https://eduscol.education.fr/document/23704/download
Spécialité HGGSP. Thème 1 : Comprendre un régime politique : la démocratie https://eduscol.education.fr/document/23647/download Terminale Pro
EMC : S’engager et débattre en démocratie autour des défis de société
https://www.education.gouv.fr/sites/default/files/imported_files/document/spe000_annexe2_1239914.pdf

Terminale
EMC : Repenser et faire vivre la démocratie https://eduscol.education.fr/document/23707/download

Événements