Sic ad hoc n°03 - NormanDoc'

Sic ad hoc n°03

Décembre 2021 - Janvier 2022 : Sélection de publications en SIC par et pour les professeurs documentalistes réalisée par le groupe de travail DidacSic de l’académie de Normandie.
Les résumés, les extraits sont issus de leur notice d’origine.
© DidacSic 2022 – Contact : frederic.rabat@ac-normandie.fr

, par Frédéric Rabat - Format PDF Enregistrer au format PDF

SIC ad hoc n°01
Décembre 2021 - Janvier 2022

Sélection de publications en SIC par et pour les professeurs documentalistes réalisée par le groupe de travail DidacSic de l’académie de Normandie.

Les résumés, les extraits sont issus de leur notice d’origine.
© DidacSic 2022 – Contact : frederic.rabat@ac-normandie.fr

Focus sur un article en fin de page et synthèse en podcast (7 min. 33 sec.)

Article

Entre savoir et non-savoir : la Kunstbibliothekde la Fondation Sitterwerk en Suisse et son classement « dynamique », au service des usagers et de leur créativité

LOGO SIC AD HOCBarbara Biedermann

Résumé
S’émanciper des normes bibliothéconomiques, abandonner la rigidité des classements conventionnels, favoriser la sérendipité, pour offrir un service personnalisé aux usagers et valoriser leur travail de recherche, c’est ce que propose la Kunstbibliothek (Bibliothèque d’art) de la Fondation Sitterwerk à Saint-Gall, avec son système de classement dynamique. En outre, l’institution met à disposition de l’usager une table de travail numérique, la Werkbank, qui enregistre les titres et métadonnées des documents et matériaux consultés, et les compile en une sélection bibliographique sur son thème de recherche. Les autres usagers peuvent ensuite consulter cette compilation en version numérique ou sous forme d’une brochure (un Bibliozine), laquelle engendre à son tour des recherches et des trouvailles inespérées. Par cette approche ouverte, la bibliothèque se revendique comme un espace vivant, un lieu de créativité et de partage, entre savoir et non-savoir, les utilisateur·trice·s participant activement à la production de nouvelles connaissances.

Mots-clés
Bibliothèque, classement dynamique, innovation, RFID, service aux usagers, sérendipité

Citer cet article
Biedermann Barbara, « Entre savoir et non-savoir : la Kunstbibliothekde la Fondation Sitterwerk en Suisse et son classement « dynamique », au service des usagers et de leur créativité », I2D - Information, données & documents, 2021/2 (n° 2), p. 76-81. DOI : 10.3917/i2d.212.0076. URL :https://www.cairn.info/revue-i2d-information-donnees-et-documents-2021-2-page-76.htm

Article

La consommation d’informations en France. Quelle place pour la télévision ?

LOGO SIC AD HOCSylvain Dejean, Marianne Lumeau, Stéphanie Peltier, Lorreine Petters

Résumé
Quelle place occupe encore la télévision dans l’information des Français ? Sommes-nous entrés dans une ère informationnelle sans télévision ? Cet article éclaire ces questions, à partir des données d’une enquête par questionnaire réalisée auprès d’un échantillon représentatif de la population française de 3 950 individus. Les résultats montrent que la télévision traditionnelle semble ne pas avoir disparu des pratiques de consommation médiatique des Français et s’encastre dans une consommation multimédia. Elle est par ailleurs plébiscitée par des Français intéressés et discutant de l’actualité, suggérant qu’elle garde un rôle dans la fabrique du lien social. Même si la télévision hors ligne semble délaissée par les jeunes ou les plus diplômés, l’analyse des publics par type de chaînes (publique ou privée, information en continu ou non) ou en ligne vient nuancer ce résultat.

Mots-clés
Télévision hors-ligne, télévision en ligne, chaînes de télévision, consommation de l’information, lien social

Citer cet article
Dejean Sylvain, Lumeau Marianne, Peltier Stéphanie et al., « La consommation d’informations en France. Quelle place pour la télévision ? », Réseaux, 2021/5 (N° 229), p. 43-74. DOI : 10.3917/res.229.0043. URL :https://www.cairn.info/revue-reseaux-2021-5-page-43.htm

Article

Évaluer la captologie et le design persuasif des services numériques. Approche empirique de mesure de la persuasion et proposition d’une matrice d’évaluation

LOGO SIC AD HOCKarl Pineau, Aurelia Fabre

Résumé
Les interfaces numériques reposent de plus en plus sur des techniques et des mécanismes de capture de l’attention de l’usager, via notamment un « design persuasif ». Mais comment mesurer cette persuasion, exercée le plus souvent à l’insu du récepteur ? À partir d’un état des lieux des propositions d’analyse de ce concept en construction qu’est la captologie, nous montrons qu’il n’en existe aucune qui s’intéresse aux interfaces numériques. Nous expliquons ensuite comment nous avons procédé pour constituer une matrice originale d’évaluation des interfaces. Notre démarche, fondée sur une approche empirique, nous a conduits à élaborer une grille de notation qui respecte trois grands critères : la liberté de l’utilisateur, son temps et sa perception. Nous l’avons appliquée à un corpus de services leaders, tels que Facebook, Le Monde, Trainline, Spotify. Par la suite, des scores (de A à G) affichés sur les sites pourraient contribuer à sensibiliser les internautes et inciter les services numériques à des comportements vertueux ;

Citer cet article
Pineau Karl, Fabre Aurelia, « Évaluer la captologie et le design persuasif des services numériques. Approche empirique de mesure de la persuasion et proposition d’une matrice d’évaluation, I2D - Information, données & documents, 2021/2 (n° 2), p. 151-173. DOI : 10.3917/i2d.212.0151. URL :https://www.cairn.info/revue-i2d-information-donnees-et-documents-2021-2-page-151.htm

Article

Les réseaux sociaux numériques redéfinissent-ils l’engagement ?

LOGO SIC AD HOCStéphane Amato, Françoise Bernard, Éric Boutin

Résumé
Cet article prend acte de nouvelles pratiques et de nouveaux usages liés aux réseaux sociaux numériques, alors que se développe la figure de l’influenceur. Nombre de plateformes adoptent une définition de l’engagement relativement éloignée de celle forgée en Sciences de l’Information et de la Communication (SIC), au travers du paradigme de la communication engageante, voire, de façon plus récente, de la communication numérique engageante. Il s’agit donc de décrire certaines innovations tout en les situant par rapport à la proposition robuste qu’est celle forgée en SIC. Se présente alors un fort enjeu d’interdisciplinarité et des questions de traduction ou de significations sont posées voire problématisées.

Mots-clés
Communication engageante, engagement, réseaux sociaux numériques, plateforme, influenceur, captologie, interaction, infométrie

Citer cet article
Amato Stéphane, Bernard Françoise, Boutin Éric, « Les réseaux sociaux numériques redéfinissent-ils l’engagement ? », Communication & Organisation, 2021/1 (n° 59), p. 231-244. DOI : 10.4000/communicationorganisation.10230.
URL :https://www.cairn.info/revue-communication-et-organisation-2021-1-page-231.htm

Article

Comment la confiance peut-elle s’exercer dans les « autorités calculées » ?

LOGO SIC AD HOCÉvelyne Broudoux, Madjid Ihadjadene

Focus DidacSic en fin de bulletin

Résumé
La communication et la diffusion d’information intégrant des « autorités calculées » construisent un écosystème algorithmique où la confiance est toujours mise en question. Sont concernés, les systèmes qui, dans les environnements réticulaires numériques, hiérarchisent, ordonnent l’information et quelquefois prennent des décisions tout en construisant de nouvelles figures d’autorité. Cette communication explore quelques facettes de l’autorité calculée et réfléchit aux moyens à mettre en œuvre pour installer ou restaurer la confiance dans les dispositifs à base de technologies informationnelles.

Mots-clés
Autorité calculée, confiance, algorithmes, normalisation, intelligence artificielle, gouvernance

Citer cet article
Broudoux Évelyne, Ihadjadene Madjid, « Comment la confiance peut-elle s’exercer dans les « autorités calculées » ? »,Hermès, La Revue, 2021/2 (n° 88), p. 202-206. URL :https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2021-2-page-202.htm

Article

Le détournement d’images a toujours existé : affûtons l’esprit critique de nos élèves !

LOGO SIC AD HOCSophie Bocquet Tourneur

Extrait
À l’heure où les médias sociaux sont dénigrés/épinglés avec la mise en avant de fake news, le trolling et l’anonymat, comment préparer les adolescents à être des citoyens engagés et actifs ? Une piste : passer par l’image !
Nos élèves de collège sont particulièrement sensibles aux images. Tous les jours, leurs fils d’actualité de médias sociaux sont jalonnés d’images diverses et variées. Des images qui doivent être lues et décodées. Des compétences exigeantes qui supposent, pour les élèves, de développer des clés d’analyse et de (dé)construction de sens, qui passent aussi par un répertoire d’actions concrètes (peu d’élèves de collège utilisent les outils de recherches inversées, par exemple).
Un écueil principal aujourd’hui des formations en éducation aux médias et à l’information est de placer voire de justifier les séances pédagogiques en EMI systématiquement en lien avec l’actualité, faisant croire que les problématiques soulevées sont nouvelles. Or, il n’en est souvent rien, et il apparaît important de replacer les objets abordés dans leur histoire.

Citer cet article
Bocquet Tourneur Sophie, « Le détournement d’images a toujours existé : affûtons l’esprit critique de nos élèves ! », Administration & Éducation, 2021/4 (N° 172), p. 67-70. DOI : 10.3917/admed.172.0067. URL :https://www.cairn.info/revue-administration-et-education-2021-4-page-67.htm

Article

L’enseignement littéraire à l’école. Quand la transmission du goût pour la lecture cède le pas à la valorisation du patrimoine littéraire

LOGO SIC AD HOCEmmanuelle Guittet

Résumé
Dans cet article, nous interrogeons les effets de l’enseignement littéraire à l’école sur les représentations et pratiques de lecture. S’il peine à opérer une médiation au livre et à la lecture efficace, il n’est néanmoins pas sans effets puisqu’il participe à la patrimonialisation d’œuvres littéraires, par leur sélection dans les programmes et par leur analyse dans le cadre des cours de français. Cette patrimonialisation d’un corpus littéraire n’est à son tour pas sans effets sur les représentations associées par les lecteurs et lectrices à cette littérature (entre rejet, sacralisation et intimidation), qui s’accompagnent de pratiques de lectures ambivalentes et socialement situées (peu lisent des classiques mais tous et toutes reconnaissent la supériorité de cette littérature). Que la littérature de classiques suscite le rejet, qu’elle soit intégrée à un ensemble de lectures sous la forme d’obligation, ou qu’elle corresponde à une réelle appétence, force est de constater que l’institution scolaire – par le biais des lectures imposées – parvient à asseoir la légitimité de cette littérature.

Citer cet article
Emmanuelle Guittet, « L’enseignement littéraire à l’école. Quand la transmission du goût pour la lecture cède le pas à la valorisation du patrimoine littéraire », Culture & Musées [En ligne], 38 | 2021, mis en ligne le 10 novembre 2021, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/culturemusees/6712 ; DOI :https://doi.org/10.4000/culturemusees.6712

Article

Milieux scolaires et information documentaire (Québec)

LOGO SIC AD HOCAsted

Résumé
Les bibliothèques scolaires et autres services d’information documentaire destinés aux jeunes ont souvent été marginalisés en sciences de l’information. Incidemment, pendant plusieurs années au Québec, les bibliothèques scolaires ont été carrément oubliées par les autorités. Pourtant, si on veut des citoyens mieux informés et socialement impliqués, ne faut-il pas leur donner la priorité ? Depuis quelques années, la situation se rétablit, dit-on. Mais il est permis de se poser un certain nombre de questions, de déterminer ce qu’il en est réellement.

Version électronique envoyée aux abonné·e·s
Numéro bientôt disponible sur Érudit et Flipster

Citer cet article
Asted. Milieux scolaires et information documentaire. Octobre-Décembre 2021. Volume 67, numéro 4. URL :https://www.erudit.org/fr/revues/documentation/2021-v67-n4-documentation06557/

Ouvrage

Le livre en contexte numérique

LIVRE Renée Bourassa, directeur de publication

Ouvrage en libre accès sur les transformations du livre repéré par Brigitte Pierrat, Pierre Nobis

« Cette publication en ligne sous licence Creative Commons Attribution 4.0 International, précise l’avant-propos, se situe dans le cadre d’un projet de recherche intitulé Design et expérientialité du livre en contexte numérique : pour une approche intégrée des pratiques culturelles numériques, dirigé par Renée Bourassa en collaboration avec René Audet. Cet opus fait suite à la deuxième édition du colloque Ecridil (Lire, Écrire, Éditer) intitulé Le Livre défi de design, tenu à Montréal en 2018 (Canada).

La problématique centrale développée par les auteurs de l’ouvrage est de comprendre comment le livre se transforme dans son écosystème numérique actuel. Ce questionnement sous-tend deux interrogations transversales : qu’est-ce qu’un livre et en quoi constitue-t-il un défi de design en contexte numérique ?. Sont ainsi abordées plusieurs thématiques : la place du corps dans les dispositifs de lecture, l’hyperlecture, le livre enrichi et augmenté, le livre-objet et l’objet-livre, l’encyclopédie, l’atlas et l’anthologie, les défis de l’édition jeunesse.

L’accès direct aux différents chapitres (« Matérialités, hybridités, parcours de lecture du livre », « Édition critique », « Littérature jeunesse et recherche-action », « Contextes de design ») et aux contributions s’effectue par la table des matières. Chaque texte peut être lu sur une seule page web déroulante : il est accompagné d’un résumé, d’une bibliographie, d’illustrations et de notes infrapaginales. »

Brigitte Pierrat, Pierre Nobis

Sources
Le livre en contexte numérique. Sous la direction de Renée Bourassa : http://livre-defi-design.arcanes.ca
Veille éducation numérique 2021-2022
https://eduscol.education.fr/2676/veille-education-numerique

LOUPE

Focus DidacSic

Retour sur...
Broudoux Évelyne, Ihadjadene Madjid, « Comment la confiance peut-elle s’exercer dans les « autorités calculées » ? »

On doit à Évelyne Broudoux une réflexion approfondie sur le concept d’autorité : l’autoritativité comme forme d’autorité en vigueur sur le web (2003), les modalités de construction de l’autorité informationnelle sur le web (2007), les liens entre autorité et citation dans les communications scientifiques (2017). Dans un numéro récent de la revue Hermès (n° 88, 2e semestre 2021) consacré à la confiance en situation de communication, elle s’interroge, avec Madjid Ihadjadene, sur la possibilité de restaurer la confiance dans les « autorités calculées ». Face à l’autorité cognitive (« relation d’influence de pensée impliquant au minimum deux personnes, l’une accordant à l’autre sa confiance parce qu’elle maîtrise un domaine spécifique de compétences », Broudoux, 2007) et à l’autorité informationnelle (résultant d’un « jeu de forces » entre différents acteurs, et « portée par un individu ou un groupe, un objet ou un outil cognitif ou encore un média » (Broudoux, 2007)), l’autorité calculée, reposant sur des données (data), est une grandeur mesurable, traduite sous forme de « scores que les plateformes(...) se chargent de recenser, publier et exploiter » (Merzeau). Dans cet article, les deux chercheurs rappellent que les algorithmes producteurs d’autorités calculées sont de plus en plus influents dans les sphères politique, économique et culturelle et que leur pouvoir de renforcement des stéréotypes et d’accentuation des inégalités a été démontré. Ces systèmes qui « hiérarchisent, ordonnent l’information et, quelquefois, prennent des décisions tout en construisant de nouvelles figures d’autorités », jouent ainsi un rôle « dans la légitimation de savoirs plus ou moins stables ou vérifiables ». É. Broudoux et M. Ihadjadene en proposent une typologie : les métriques du web (utilisées notamment pour diffuser et classer l’information, reposant sur des critères comme le nombre de citation, l’audience, l’affinité ou la vitesse (Cardon)), mais également les systèmes à visée prédictive, divers types d’intelligences artificielles (utilisées pour ou par le filtrage de courriers indésirables, la reconnaissance vocale, les agents conversationnels…), etc. Ils affirment également la nécessité d’introduire un contrôle démocratique afin de renforcer ou de faire renaître la confiance vis-à-vis de ces autorités calculées : en rendant possible la participation d’experts et d’usagers ou représentants d’usagers dans leur conception ; en réduisant leur complexité afin de les rendre plus explicables ; en attribuant à des intermédiaires de confiance un rôle d’accompagnement, d’explication, voire de remise en cause des décisions prises. Enfin, les auteurs soulignent la nécessité de permettre aux citoyens d’acquérir une culture des données susceptible leur renforcer leur capacité à évaluer la crédibilité de l’information et du discours médiatique.
Comment les professeurs documentalistes peuvent-ils prendre leur part dans la construction de cette culture des données ? Dans un article intitulé « Éthique des algorithmes, quelle sensibilisation pour les élèves ? » (Inter CDI295, 01-02/2022), Antoine Henry (SIC) questionne dans un premier temps la dimension éthique des algorithmes (quels sont les risques associés à ces interactions humains-machines ? Comment penser la nécessaire loyauté des plateformes vis-à-vis des usagers ?), puis propose des pistes d’action afin de favoriser chez les élèves la prise de conscience de l’influence des algorithmes sur leurs comportements (étude de l’effet des autorités calculées surles résultats d’une recherche web ou sur la recommandation de contenu par YouTube ou TikTok, entre autres).

Références

• Évelyne Broudoux (2003). Autoritativité, support informatique, mémoire. 2003. sic_00001137
• Évelyne Broudoux (2007). Construction de l’autorité informationnelle sur le web. A Document (Re)turn : Contributions from a Research Field in Transition, 2007. sic_00120710
• URL : https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00120710
• Évelyne Broudoux 2017),« Autorité scientifique et épistémique à l’épreuve de la mesure des citations », Études de communication[En ligne], 48 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/edc/6841 
• Dominique Cardon, « Présentation », Réseaux, 2013/1 (n° 177), p. 9-21. DOI : 10.3917/res.177.0009. URL : https://www.cairn.info/revue-reseaux-2013-1-page-9.htm
• Louise Merzeau. Twitter, machine à faire et défaire l’autorité. Médium : Transmettre pour
Innover, Ed. Babylone, 2013, Récits du pouvoir. Pouvoirs du récit, 1 (34), pp.171-185.
10.3917/mediu.034.0171. halshs-00837547
• URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00837547/document

Synthèse en podcast - DidacSic
info document -  MP3 - 4.3 Mo

Pineau Karl, Fabre Aurelia, « Évaluer la captologie et le design persuasif des services numériques. Approche empirique de mesure de la persuasion et proposition d’une matrice d’évaluation

Événements